Amygos

amygosAmygos n’est pas un nouveau partenaire, il fait parti de ceux de la première heure.
Et c’est un grand plaisir de bénéficier des services d’Antoine, je lui renouvelle ici mes remerciements.
Vu que j’ai changé de vélo, il me fallait changer de protections, étant donné que chaque vélo est différent, forcément. Une protection adaptée et efficace ne peut donc être qu’une protection sur mesure.
Certaines solutions d’adhésifs peuvent éventuellement faire l’affaire, mais pas quand on roule dans les cailloux. Et vu que mes deux roues sont le plus souvent dans les cailloux (!), le savoir faire d’Antoine est donc primordial.

Mais du coup, comment fait-il pour concevoir des protections adaptées à chaque vélo ?
Étant donné qu’il n’avait jamais eu affaire à un Focus SAM, il lui fallait prendre les empreintes du cadre.
Je suis donc allé le rejoindre sur un parking, un samedi matin, par 4°c…

Gelée du matin...

Gelée du matin…

Pourquoi vous parler de la température ? Parce que quand vous aurez vu de quelle manière il procède, vous aurez pitié de ses mains.
Voilà donc le matériel requit pour prendre les empreintes sur le cadre.

Les bandes plâtrées

Des bandes plâtrées

De l'eau pour les bandes plâtrées, et de l'eau pour laver le vélo.

De l’eau pour les bandes plâtrées, et de l’eau pour laver le vélo.

Première étape, protéger les gaines apparentes pour ne pas que ça colle aux bandes plâtrées.

Scotchage des bases.

Scotchage des bases.

Puis, trempage des bandes.

Remember the temperature ?

Remember the temperature ?

Et ensuite, c’est un vrai coup de main qu’il faut avoir.

Prise d'empreinte du tube diagonal.

Prise d’empreinte du tube diagonal.

Massage de la bande plâtrée...

Massage de la bande plâtrée…

... jusque dans les recoins.

… jusque dans les recoins.

La bande plâtrée sèche assez vite. Quand le plâtre a pris, Antoine prend des mesures pour pouvoir rectifier si l’empreinte s’est un peu déformée au démoulage.

Travail de précision.

Travail de précision.

Pour le tube diagonal, c'est fait.

Pour le tube diagonal, c’est fait.

Pour les bases, il procède à un double moulage. Il prend donc des repères pour pouvoir ré-assembler parfaitement les deux empreintes.

Marquage de la double empreinte.

Marquage de la double empreinte.

Sèche et référencée, l'empreinte est prête pour l'étape suivante.

Sèche et référencée, l’empreinte est prête pour l’étape suivante.

Voilà, la première étape est terminée.
Ces empreintes serviront à la réalisation d’un moule en positif, qu’Antoine fignolera si besoin est (c’est le cas pour les passages de gaines sous le tube diagonal qui demandent un espace spécifique).

Antoine "Amygos" Fernandez.

Antoine « Amygos » Fernandez.

Et une petite dizaine de jours après…

La base droite, qui intègre la gaine de dérailleur.

La protection de la base droite, qui intègre la gaine de dérailleur.

Amygos-19

La protection de la base gauche, quand à elle, protège la durite de frein.

Amygos-18

La protection de tube diagonal est habituellement fixée avec des colliers rilsan. J’ai opté pour du velcro adhésif.

Sur cette protection, vous pouvez remarquer un renflement sur toute la longueur. C’est une innovation récente Amygos, au doux nom de « process EAP », pour « Espace Air Protect ». Le principe est de créer un vide entre la protection et la cadre. En cas de gros choc, ce vide permet à la protection de se déformer et de mieux absorber l’énergie.

Un point important, auquel Antoine tient particulièrement, c’est le choix du polyéthylène comme matière première. C’est extrêmement résistant, avec une capacité d’absorption des chocs vraiment très élevée. De plus, c’est un matériau recyclable à 100%.

N’hésitez donc pas à contacter Antoine, il aura forcément la solution pour protéger votre fidèle destrier.
http://amygos.fr/

3 Commentaires

  1. tonio

    merci Franck pour ton article ça me fais très plaisir

    Répondre
  2. Mric

    Je pensais que la prise d’empreintes était plutôt réalisé
    Avec une matière plastique polypropylène ou autre bouillie dans de l’eau …
    Enfin comme quand ont m’a fait un genre de plâtre en plastique microperforé à mon poignet à l’hôpital
    L’avantage était que je pouvais le retravaillé quand mon bras dégonflé …

    Répondre
    1. Franck (Auteur de l'article)

      Sauf que là, les cadres ne dégonflent pas 😉
      Blague à part, je pense qu’il est plus précis avec les bandes platrées. Il faudrait lui poser la question directement.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *