Une journée sous les arbres

2roues-27Merci la forêt, merci.
Parce que mine de rien, fin août dans les Pyrénées Orientales, il fait encore une température à ne pas mettre un rider dehors.
Sauf dans quelques endroits, que seuls connaissent une poignée d’acharnés du single.
Aujourd’hui, comme souvent, c’est Yann qui nous emmène sur une trace sortie de sa musette. Un truc bien qualitatif pour ceux qui aiment la montagne ; en clair, les sentiers sauvages, parfois un peu « sentiers à cochons », mais toujours un régal absolu sous les roues et pour les yeux, pour qui sait les lever bien entendu.

2roues-4

Yann, the master blaster ! (© Jake)

Nous voici donc à Valmanya. On y laisse les voitures, ça nous permettra de faire chauffer un peu les organismes en commençant par 5 km de route tranquille avant d’attaquer la première descente.

Jake et Simon

Jake et Simon, dealing something….

Échauffement en cours. De gauche à droite : Simon, Jake, Catherine, Yann, Marie et Nicolas.

Échauffement en cours. De gauche à droite : Simon, Jake, Catherine, Yann, Marie et Nicolas.

Du col de Palomère, ça glisse jusqu’au torrent, et c’est un régal.

Simon, en mode pilotage agressif.

Simon, en mode pilotage agressif.

Catherine, le regard sur la dalle de sortie.

Catherine au même endroit, le regard sur la dalle de sortie.

Ce qui est chouette avec cette première partie, c’est qu’au torrent, tu crois que c’est terminé. Ben non, après, ça recommence. A peine le temps de mettre deux coups de pédales, de se frayer un chemin entre les fougères sur 20 mètres, et nous voilà dans la seconde partie. Mazette, mais c’est encore mieux que le début !

Et là, tu es en bas, de nouveau au bord du torrent, content, prêt à affronter LE portage dont Yann t’a parlé la veille.
Autant vous le dire tout de suite, il est velu celui-ci. Il laissera d’ailleurs des traces…
Même s’il est sur la carte, le gars Yann a bien du mérite de l’avoir dégoté ce sentier. Perdu, oublié totalement dans sa partie basse, il n’y avait que quelques pêcheurs qui devaient en emprunter une courte partie.
J’aime bien l’expression « dré dans l’pentu ». Eh bien le début, c’est pire que ça ! Heureusement, entre les racines et les coups de main, on s’en sort toujours.

Catherine dans le passage raide.

Catherine dans le passage raide.

Tiens, un vélo !

Tiens, un vélo !

2roues-21

Parcours d’obstacles !

C’est donc du bien velu, et du bien sauvage aussi. Il y aura encore quelques coups de scie à donner ici ou là. Mais ça passe !
Et puis au sommet du portage, à côté de l’ancienne mine de fer, on peut remonter sur son vélo. La piste est bonne, mais sauvage elle aussi. Entendez par là, peu empruntée.

2roues-31

La piste se termine bientôt. Et toujours la bienveillante présence des arbres.

On entre alors dans la seconde descente de la journée. Elle demande de la prudence dans les fougères du début. Mais après, même s’il faut garder de la mesure, c’est « au bonheur du rider » !

2roues-23

Yann, dans la section de sentier en U, avec des appuis d’enfer.

Le bas de la trace est fabuleux. Dans la forêt, parfois rapide, pour le plus grand bonheur de Jake, parfois technique, pour le plus grand malheur de Jake ! C’est encore du trois étoiles.

Marie, dans le dernier passage avant le torrent.

Marie, dans le dernier passage avant le torrent.

Après avoir rejoint la route et Baillestavy, on grimpouille sur une piste pendant un court instant, et on retrouve encore un superbe sentier. Différent du précédent, forcément, nous sommes le long, ou en léger surplomb du torrent.
Mais qu’il est joueur celui là. Il est de l’espèce de sentier qui t’impose presque de relancer en permanence. Du sentier qui te dis : « accélère ! Plus tu iras vite, meilleur ce sera ! » C’est ce que l’on a fait : il avait raison, c’était trop bon !

2roues-15

Nicolas sort de la forêt.

Là, une piste raide remonte à la route. C’est là que Catherine jette l’éponge, visiblement bien épuisée.
Le reste du groupe poursuit la dernière ascension. Mais ce sera aussi celle de trop pour Jake et Simon, les Anglais volants du Vallespir. Je termine donc ce parcours avec Nicolas et Marie, sur la fabuleuse descente qui nous mène à Joch.
Encore une belle journée de VTT, à mettre au crédit de Yann, du groupe, de la montagne, et des arbres.

Parfois, il faut savoir laisser le panorama tranquille, et regarder par terre aussi.

Parfois, il faut savoir laisser le panorama tranquille, et regarder par terre aussi.

5 Commentaires

  1. yann

    En fait le cep était trop vieux !

    Répondre
    1. Franck (Auteur de l'article)

      Il y en aura d’autres 😉

      Répondre
  2. Xavier

    Je me disais bien que ton absence sur la toile ces derniers jours cachait une de ces sorties « miracles » dont toi et ce cher Yann avaient le secret !
    Encore une bien belle trace et la belle histoire qui va avec.
    Merci.

    Répondre
    1. Franck (Auteur de l'article)

      Merci à toi mon ami, et vivement que nous re-pédalions de concert.

      Répondre
  3. Jeff

    Superbe CR, comme à chaque fois. Une bien belle et dure journée, à ce que je comprends. Bravo à toute l’équipe.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *