6 mois après…

11351152_701094649995236_1537994220646709135_nJe ne vous parlerais pas de VTT cette fois-ci, mais des suites de ma blessure et de son opération.
La rupture d’un ligament croisé est plus que courante, nombre de sportifs y sont confrontés.
Blessé le 18 octobre dernier, j’ai donc été opéré le 14 janvier d’une rupture totale du ligament croisé antérieur du genou droit.

Le protocole, bien rodé, est le suivant :
– kiné immédiatement après la blessure, pour limiter la fonte musculaire, et surtout tenter de conserver un maximum d’extension au genou.
– opération dès que l’œdème a suffisamment fondu (environ 2 mois après la blessure)
– rééducation dès le 7ème jour et pendant 6 mois.
– reprise du sport à 6 mois, des sports à risques (contacts, torsions, …) à 9 mois.

En bon sportif moyen, j’ai repris le vtt depuis un mois déjà. Impatient certes, mais pas inconscient, je suis le plus prudent possible, même si le risque 0 n’existe pas. Ce choix, je l’ai fait en toute connaissance de cause, à savoir qu’à cette période, le greffon est fragile.

Je viens de faire le point avec le chirurgien, après avoir fait :
– un test isocynétique, qui permet de mesurer les différences musculaires entre les deux jambes
– un test de laximétrie, qui permet de vérifier que le ligament est fonctionnel.

Les tests sont bons, très bons même, je peux reprendre le sport « officiellement » !
Mais comme prévu, il reste un déficit musculaire à combler. J’étais prévenu, il faut 8 à 9 mois pour récupérer la masse musculaire perdue. Il reste aussi à se débarrasser de quelques douleurs résiduelles, mais ça, ce sera l’œuvre du temps.

Un lointain souvenir...

Un lointain souvenir…

Mais aujourd’hui, le souci, ce n’est plus mon genou, mais mon coude droit.
Lundi dernier, je suis tombé lors d’un accompagnement de sortie scolaire au parc accrobranche. Rien de bien grave à priori, sauf que depuis, je n’ai plus l’extension ni la flexion complète.
Verdict de la radio et du toubib : micro arrachement osseux de l’apophyse coronoïde.
Me voilà reparti pour au moins 15 jours d’immobilisation complète du bras, avec de la rééducation par la suite.
En juillet 2014, je m’ouvre la main gauche et je complète avec une belle une entorse du pouce (droit, bien entendu…).
En octobre 2014, rupture du ligament croisé antérieur du genou droit.
En juillet 2015, arrachement osseux au coude droit.
Ça va s’arrêter quand ?

Au moment où j’écris ces lignes, mes idées sont un peu confuses. Je suis usé, fatigué, dégouté, énervé. Mes 15 jours de montagne annuels avec les copains viennent de s’envoler. Mes arrêts de sport cumulés se comptent en années maintenant.
Et dans le même temps, je pense à Arthur. Arthur, c’est un bon ami qui, suite à un accident de moto, en prend pour deux ans de rééducation avec une bonne dose d’incertitude quand à la récupération totale des fonctions de sa main. Alors je me dis que mes petits états d’âmes de sportifs du dimanche sont bien ridicules…
Bon courage Arthur.

3 Commentaires

  1. David

    Rien à ajouter.
    Vous allez grandement nous manquer sur et à côté des singles.
    Courage mes amis.
    Bizz

    Répondre
  2. Le Arthur en question

    Merci.
    Bon courage à toi, je trouve plus usant de se casser un peu plusieurs fois que perdre gros sur un seul crash.
    La team des Broken Riders à de beaux jours devant elle.

    Répondre
  3. Blakkheim.GW

    Punaise mais quelle année de merde pour tout le monde…

    Courage à vous deux, surtout à Arthur.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *