Chamoussière et les 3 lacs

C’est dans le Queyras, vous situez ?
C’est quasiment sur cette trace que j’ai découvert cette magnifique région des Alpes. Car le Queyras, c’est magnifique, et pour le vélo, c’est fantastique. Je ne sais pas si c’était une bonne idée d’ailleurs, tellement ça a placé la barre haut. A tous points de vue : panorama, variété et qualité des sentiers, longueurs des descentes, …).

Nous voilà donc parti tôt du camping la Chanterane à Pierre Grosse, car les 50km ne s’avalent pas vite sur ce parcours. Partir de Pierre Grosse, c’est parfait, ça permet de s’échauffer tranquillement sur la route jusqu’à St Véran. Ensuite, on quitte le bitume, et ça grimpe.

IMG_1032

Au dessus de St Véran, déjà le premier portage. Tout au fond, la barre des écrins.

Il est rude ce portage, court, mais rude. Les très gros moteurs pourront le faire à vélo. Il permet d’arriver sur le single du grand canal, tout en balcon, avec donc peu de dénivelé, mais une vue de dingue : d’un côté le Briançonnais et la barre des écrins, et de l’autre le fond de la vallée de l’Aigue Blanche, où siège le pic de la tête des Toilies. Derrière, c’est l’Italie. Certes, on n’est pas très haut, mais déjà un peu hors du monde. Superbe.

Le single au dessus de St Véran, le long du grand canal.

Le single au dessus de St Véran, le long du grand canal.

Lorsqu’on arrive au dessus de la chapelle de Clausis, on attaque la montée au col de Chamoussière. C’est magnifique, le petit sentier de terre battue ondule et serpente dans la prairie, tantôt en lançant de bons gros défis à nos cuissots, tantôt moins rude, en nous invitant à lever le nez pour nous remplir les mirettes.

La chapelle de Clausis est en dessous, c'est parti pour 500 m de D+

La chapelle de Clausis est en dessous, c’est parti pour 500 m de D+

Petite pause, sur l’un des replats, juste à côté de petites mares pleines de linaigrettes

VTT - Queyras-98

Sobre, le Off est un sacré bon vélo de montagne.

Linaigrettes

La linaigrette, autrefois utilisée comme le coton dans certaines régions.

Après les successions de raidards et de replats, nous voilà au col de Chamoussière.
L’arrivée à un sommet a toujours un goût particulier, à condition d’y être parvenu par ses propres moyens, sinon c’est insipide. Je ne crois pas que ce soit uniquement lié au fait qu’il ait fallu fournir des efforts, parfois conséquents. Mais peut-être tout autant parce que ça a nécessité du temps. Le temps de se laisser imprégner par cet environnement particulier de la haute montagne.
Le « sommet » en question est donc un col. J’aime particulièrement le passage de col, le moment exact où on arrive et qu’on aperçoit ce qu’il y a derrière.

Le tout petit portage final sous le col de Chamoussière. Au fond, la tête des Toilies.

Le tout petit portage final sous le col de Chamoussière. Au fond, la tête des Toilies.

Et là les enfants, la surprise est de taille : le premier caviar de la journée nous tend les bras. La descente s’annonce de toute beauté.

La trace qui nous attend, et au fond, le pain de sucre.

La trace qui nous attend, et au fond, le pain de sucre.

Ce qui est étrange à Chamoussière, c’est ce passage du vert au gris. Après tout ce temps passé à gravir la montagne dans des alpages, nous basculons sur un immense versant de schiste.

2,5 km de descente dans le schiste, un pur moment de bonheur.

2,5 km de descente dans le schiste, un pur moment de bonheur.

VTT - Queyras-117

Quelques névés tardifs demandent un peu de prudence.

VTT - Queyras-119

Même ici, un semi-rigide s’en sort très bien.

Lors d’une pause, on détaille la seconde montée de la journée, beaucoup plus courte. Du refuge Agnel, elle nous portera (la belle expression !) au col vieux, au pied du pain de sucre, début de la descente des 3 lacs.

VTT - Queyras-122

A gauche, le refuge Agnel, et au fond, là ou l’herbe rend l’âme, le col vieux.

Derrière nous, le col de Chamoussière s'efface doucement.

Derrière nous, le col de Chamoussière s’efface doucement.

Au refuge Agnel, on ne s’attarde pas, il y a du monde, des voitures qui monte au col du même nom, frontière avec l’Italie. Direction le col vieux par une sente de 2km et 230 m de dénivelé.

Au col vieux, 2800m. Au fond, les dalles de la Taillante.

Au col vieux, 2800m. Au fond, les dalles de la Taillante, et au pied, le lac Foréant.

La descente fait 8km dans un environnement de haute montagne superbe. Beaucoup de monde à cet endroit, l’accès est facile, la route est proche. Mais plus on avance, plus on est tranquille.

VTT - Queyras-129

Peu après le lac Foréant, en vue du lac Egorgeou.

Tout à l’heure, c’était du caviar, là aussi. Mais pour le coup, ce doit être au moins du Petrossian. Il est difficile de parler de cette longue descente vers Abriès sans avoir l’impression d’en faire trop ; on est toujours tenté d’employer les qualificatifs les plus extraordinaires, au risque peut-être, de briser un peu le charme. Je n’en dirais donc pas plus, et de toutes façons, les images parlent d’elles mêmes.

IMG_1067-1

Je suis venu à plusieurs.

Ne cherchez pas le 3ème lac, le lac Baricle, vous le verrez pas, il est suspendu au dessus du lac Egorgeou.

Le dénivelé étant conséquent (1150 m), on a le bonheur de passer par tous les types de terrains. La roche nue au départ, les prairies alpines ensuite, puis la forêt de conifères et son lot de racines joueuses.

Au lac Egorgeou, la Taillante ne nous offre plus que son profil.

Au lac Egorgeou, la Taillante ne nous offre plus que son profil.

Un joli gourd.

Un joli gourg. A cette altitude, on trouve de la serpentine, une jolie roche verte de la famille des silicates.

Dans le bas du parcours, une courte section d’une ancienne calade pourra faire office de challenge pour les grands enfants qui aiment jouer. En semi-rigide s’entend, en tout suspendu, c’est du 2 !
A ce sujet là, la quasi totalité des sentiers du Queyras sont semi-rigide proof !

La sortie de la calade.

La sortie de la calade.

Voilà, vous êtes en bas, à l’Echalp, le long du Guil. En le longeant un moment, vous arriverez à Abriès, où vous pourrez trouver de merveilleux lieux de perdition : des bars.

Et là, vous avez le choix :

  • soit vous rentrez à la pédale par le fond de vallée (pas très excitant vu ce que vous venez de vous infuser, mais les rouleurs apprécieront. Attention cependant, il en reste un bon morceau, et ça monte.),
  • ou vous montez dans la voiture que vous aurez préalablement disposer à Abriès la veille au soir,
  • ou, si vous avez la forme et que vous êtes parti tôt le matin, vous repartez pour une boucle au dessus d’Abriès via le télésiège. Si vous choisissez cette option, vous terminerez par l’option 2.

Mais quel que soit le choix, vous rentrerez avec le sourire scotché sur le visage de celui qui a passé une sacrée bonne journée de vélo de montagne.

Sur le retour, méfiance, il peut faire chaud dans la vallée d'Aiguilles.

Sur le retour, méfiance, il peut faire chaud dans la vallée d’Aiguilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *